Aller au contenu

À Québec aussi, un comité veut se débarrasser du nom Moncton |RADIO-CANADA|

RADIO-CANADA – Réal Fradette, publié le 5 mars 2024

Inspiré par le comité citoyen qui milite pour un changement de nom de l’Université de Moncton, un groupe de résidents demande à la Ville de Québec de débaptiser l’avenue Moncton.

Un portrait de l’officier britannique Robert Monckton peint par Thomas Hudson.
PHOTO : PRINT COLLECTION, MIRIAM AND IRA

Gaëtan Ruest, diplômé de l’Université de Moncton à la fin des années 1960, est l’instigateur du mouvement qui vise à rayer le nom de l’officier britannique Robert Monckton du paysage de la capitale québécoise.

Si son nom fait aujourd’hui polémique, c’est parce que ce colonel a joué un rôle actif dans la déportation des Acadiens et a participé à plusieurs batailles au Québec. Robert Monckton a fait des dommages de Gaspé jusqu’à Québec. Il a combattu aux côtés de James Wolfe dans la bataille des plaines d’Abraham. Il a dévasté la Rive-Sud de Québec. Il a brûlé des maisons, des granges, des récoltes, explique Gaëtan Ruest.

Gaëtan Ruest a été maire d’Amqui pendant 19 ans.
PHOTO : RADIO-CANADA / JEAN-FRANÇOIS DESCHÊNES

Pour le porte-parole du comité québécois, leur requête n’est pas un capriceIl ne faut pas avoir peur de poser des gestes pour se libérer. Ça fait trop longtemps qu’on marche les genoux pliés, le dos courbé et à quatre pattes pour faire plaisir à ceux qui nous imposent leur mépris, poursuit-il.

Le groupe se prépare à présenter ses doléances à la Commission de toponymie du Québec et espère la convaincre de changer le nom de cette avenue qui va du Chemin Sainte-Foy jusqu’aux plaines d’Abraham, en traversant le boulevard René-Levesque.

Parmi les membres du comité, il y a Jacques Joli-Cœur, qui a été maire suppléant de la capitale québécoise au début des années 2000, et Marie-Anne LeBlanc, de l’Association acadienne de la région de Québec.

C’est la quatrième fois en 25 ans qu’un groupe tente de faire changer le nom de l’avenue Moncton qui a été baptisée en 1932, précise le porte-parole québécois.

Remplacé par Beausoleil Broussard

Le comité n’arrive pas les mains vides. Il propose de changer le nom de Moncton par celui de Beausoleil Broussard, soulignant son importance historique nationale.

L’arrivée de Joseph Broussard en Louisiane à la tête d’un groupe d’Acadiens, interprétation artistique de Robert Dafford réalisée en 1995.
PHOTO : ACADIAN MEMORIAL FOUNDATION/ROBERT DAFFORD

Il occupe une place de choix dans la mémoire collective des Autochtones et des Acadiens. Il a été un meneur acadien de la résistance face à la Déportation. Son comportement a été aux antipodes de celui, génocidaire, de Robert Monckton, clame celui qui a été maire d’Amqui pendant 19 ans.

Des observateurs intéressés en Acadie

Ce mouvement est suivi de près par le Comité citoyen pour le nouveau nom de l’Université de Moncton, dont la dernière demande en date a été écartée par l’établissement en décembre dernier. Le nom de l’Université a fait débat au moins à 13 reprises depuis sa création, en 1963.

Lise Ouellette, co-porte-parole du comité, trouve la démarche québécoise intéressante.

Ça montre que nous ne sommes pas seuls. […] Ça s’inscrit dans une tendance à l’affirmation de la décolonisation et une affirmation identitaire linguistique, dit-elle.

Les deux groupes expliquent qu’ils n’ont pas de stratégie concertée et qu’aucun des deux groupes n’a appuyé l’autre. Si le comité de l’Université de Moncton veut nous appuyer, on va accepter avec plaisir, souligne Gaëtan Ruest.

Cliquez-ici pour consulter le contenu original