Aller au contenu

Des aînés francophones bien entourés à l’occasion de la Saint-Valentin à Toronto |RADIO-CANADA|

RADIO-CANADA – Sarah Tomlinson, publié le 14 février 2024

Plusieurs initiatives ont été mises en place pour que les personnes âgées du Grand Toronto se sentent elles aussi aimées et bien entourées à un moment où elles sont de plus en plus isolées à l’occasion de la Saint-Valentin.

Les membres du club de l’âge d’or du Sacré-Cœur ont participé à une danse et un souper pour célébrer la Saint-Valentin.
PHOTO : SOUMIS PAR DIANE SAINT-PIERRE

Au club de l’âge d’or du Sacré-Cœur au centre-ville de Toronto, ils étaient une cinquantaine à assister à un souper et une danse la fin de semaine dernière pour célébrer la Saint-Valentin.

Rheal Lavallée est le président du club, qui organise plusieurs événements par mois pour ses membres.

Le président du club de l’âge d’or du Sacré-Cœur, Rheal Lavallée, croit que gens qui participent aux événements du club apprécient l’occasion de socialiser entre eux.
PHOTO : RADIO-CANADA / SARAH TOMLINSON

Selon lui, la soirée de la Saint-Valentin était un moment parfait pour rencontrer des amis et briser l’isolement.

Ça les désennuie parce que certains sont veufs et veuves, alors ils restent seuls à la maison. Quand ils viennent ici, ils rencontrent d’autres amis.

Une citation de Rheal Lavallée, président, club de l’âge d’or du Sacré-Coeur

On est chanceux qu’on ait une place comme celle-ci, ajoute-t-il.

Francis Boucher, membre du club de l’âge d’or du Sacré-Cœur, participait souvent aux événements avec sa femme, qui est décédée il y a quelques années.
PHOTO : RADIO-CANADA / SARAH TOMLINSON

Francis Boucher, âgé de 81 ans, fait partie du club depuis plusieurs décennies.

Il fréquentait souvent des événements avec sa femme. Depuis le décès de celle-ci, le club est désormais encore plus important pou lui.

C’est à peu près le seul passe-temps qu’on a à notre âge. On est habitué à venir ici une fois par semaine, parfois deux.

Une citation de Francis Boucher, membre, club de l’âge d’or du Sacré-Coeur

Il a participé au souper, mais n’a pas voulu danser. Il dit ne pas être à la recherche d’une nouvelle partenaire. La Saint-Valentin représente plutôt une quête de l’amitié.

Ça me fait bien plaisir de rencontrer des gens, mais je ne suis pas en route pour une autre femme, affirme M.Boucher.

Jules Labonté a déjà vu des couples se formés aux événements organisés par le club de l’âge d’or du Sacré-Cœur.
PHOTO : RADIO-CANADA / SARAH TOMLINSON

D’autres membres sont néanmoins ouverts à l’idée de trouver l’âme soeur, selon Jules Labonté, un autre membre du club.

Il y a plusieurs couples qui se sont formés. C’est beau parce qu’en vieillissant, c’est plus dur, surtout dans une grosse ville, de trouver quelqu’un. C’est plus à ce genre d’événement que les gens peuvent se rencontrer. La majorité [des aînés] ont de la misère à le faire en ligne.

Une citation de Jules Labonté, membre, club de l’âge d’or du sacré coeur

Il n’est jamais trop tard. Les gens peuvent trouver la bonne personne à n’importe quel moment dans la vie, poursuit-il.

Une hausse de l’isolement au Canada

Un rapport  (Nouvelle fenêtre)de l’Institut national du vieillissement (INA) publié le dernier décembre révèle qu’environ 41 % des Canadiens âgés de 50 ans et plus sont exposés au risque d’isolement social et que jusqu’à 58 % des personnes de ce groupe d’âge ont connu la solitude.

Dans l’avis du chirurgien général des États-Unis, publié en 2023, on indique que le risque accru de décès lié à l’isolement est semblable à celui de fumer 15 cigarettes par jour.

Les répercussions peuvent être des accidents vasculaires cérébraux, des maladies cardiaques ainsi que de l’anxiété, de la dépression et de la démence.

Des cadeaux réconfortants

Lindsay Fitch, pasteure à l’église North City Church dans le nord de Toronto, a mis sur pied l’initiative Valentine’s For Seniors pour que les aînés se sentent appréciés.
PHOTO : RADIO-CANADA / SARAH TOMLINSON

C’est pour ces raisons que la Torontoise Lindsay Fitch pense souvent à sa mère durant des célébrations comme la Saint-Valentin.

Elle veut à tout prix éviter qu’elle se sente abandonnée dans sa maison de soins de longue durée.

Ma mère est veuve depuis quelques années et a vécu des moments difficiles durant la Saint-Valentin, se souvient Lindsay Fitch.

Et elle n’est pas la seule.

Il y a tellement de gens qui ont perdu un être cher. Ceux-ci pensent souvent à l’amour pendant la Saint-Valentin. S’ils n’ont aucun moyen de célébrer, certains vont véritablement croire que personne ne les aime.

Une citation de Lindsay Fitch, pasteure, North City Church

Elle et son église, North City Church, ont mis sur pied l’initiative Valentine’s For Seniors il y a quatre ans.

Celle-ci permet aux gens d’envoyer des sacs à cadeaux aux personnes âgées qui résident dans des maisons de soins de longue durée ou de repos.

Les sacs se vendent 10 $. Ils contiennent des produits hygiéniques, des décorations, des couvertures et des carnets de notes, entre autres.

Lindsay Fitch souhaite que ce petit cadeau puisse avoir un impact positif sur la santé mentale des aînés.

On aimerait qu’ils aient le sentiment que les gens se soucient de leur bien-être, et que les cadeaux les occupent et les détendent durant cette journée.

Une citation de Lindsay Fitch, pasteure, North City Church

Cette année, ils sont plus de 400 personnes âgées à en recevoir, dont certains qui souffrent de maladies cognitives comme l’Alzheimer, qui les empêchent souvent de participer à des événements sociaux.

En recevant ces sacs à cadeaux, ils pourront participer eux aussi aux célébrations de la Saint-Valentin à leur manière.

Être à l’écoute des aînés

Manon Lemonde, infirmière et professeure agrégée à la Faculté des sciences de la santé de l’Université Ontario Tech, salue les initiatives qui mettent les personnes âgées au cœur des célébrations de la Saint-Valentin.

Elle note qu’il est important que ces activités soient adaptées aux préférences et à leur condition physique tout en faisant appel à un peu de nostalgie.

Je peux comprendre les organisations qui veulent vraiment célébrer. Mais célébrons en tenant compte des gens à qui on s’adresse et de voir ce que ces gens apprécient.

Une citation de Manon Lemonde, infirmière et professeure agrégée à la Faculté des sciences de la santé de l’Université Ontario Tech

Quelques fois, on n’a pas besoin d’avoir une réponse verbale, mais on peut voir par leurs [réactions non-verbales] ce qu’ils aiment ou ce qui est plus difficile, précise Mme Lamonde.

Cliquez-ici pour consulter le contenu original