Aller au contenu

Des policiers provinciaux francophones arborent le drapeau franco-ontarien |RADIO-CANADA|

RADIO-CANADA – Publié le 18 mars 2024

Les Ontariens peuvent désormais rapidement distinguer si un policier provincial peut leur parler en français ou non. La Police provinciale de l’Ontario (PPO) indique que ses agents francophones portent une épinglette avec le drapeau franco-ontarien.

Les policiers peuvent signaler leur capacité à interagir en français en portant l’épinglette du drapeau vert et blanc franco-ontarien.
PHOTO : FACEBOOK/POLICE PROVINCIALE DE L’ONTARIO

Anne-Christine Gauthier, commandante du poste de Hawkesbury près de la frontière avec le Québec, indique que cela fait environ une semaine que des agents ont commencé à porter le petit insigne.

On voulait lancer cette initiative ce mois-ci avec le mois de la francophonie, explique l’inspectrice. Elle ajoute que l’idée venait de nos membres bilingues de la PPO, dans le but, entre autres, de mieux servir nos communautés.

Une offre active visuelle

Ce symbole visuel permet aussi une offre active visuelle de services en français et s’arrime par conséquent au règlement sur l’offre active de services publics en français, entré en vigueur en 2023.

Cette disposition de la Loi sur les services en français de l’Ontario veille à ce que chaque Ontarien puisse bénéficier de services publics en français sans avoir à le demander.

La policière indique que la PPO, qui compte un total d’environ 9000 agents, offre 500 postes bilingues et qu’actuellement, 650 policiers arborent ce drapeau.

Les agents portent le drapeau franco-ontarien de façon volontaire et sont plus nombreux dans les zones francophones, dans le nord-est et dans l’est de la province.

Le drapeau vert et blanc franco-ontarien est composé d’une fleur de lys sur la partie gauche et d’un trille blanc sur le côté droit.

Il s’agit respectivement des emblèmes de la francophonie partout dans le monde et de l’Ontario. Ce drapeau a été officiellement dévoilé en 1975 et adopté en tant qu’emblème en 2001.

Cliquez-ici pour consulter le contenu original