Aller au contenu

Donner ce qu’on aurait aimé recevoir dans la Péninsule |RADIO-CANADA|

RADIO-CANADA – Janique LeBlanc, publié le 26 novembre 2023

Un ancien résident se dévoue pour ceux qui vivent dans les foyers de soins spéciaux de la Péninsule acadienne.

Depuis 2001, Bernard Basque défend les résidents des foyers de soins spéciaux et amasse des fonds pour leur offrir des activités sociales.
PHOTO : RADIO-CANADA / JANIQUE LEBLANC

Bernard Basque s’est donné pour mission de défendre les résidents des foyers de soins spéciaux de la Péninsule acadienne. Il organise aussi des activités sociales pour ces personnes qui n’ont pas les moyens de sortir. Portrait d’un bénévole engagé, qui s’occupe de gens souvent délaissés.

Moi j’ai eu plusieurs burnout pis c’est icitte que je viens pour rencontrer de nouveaux amis, déclare avec aplomb Jean-Charles Robichaud. Ce jeune vingtenaire, résident d’un foyer de soins spéciaux, adore manger et danser lors des soirées du Regroupement des bénéficiaires en résidence privée de la Péninsule acadienne.

Jean-Charles Robichaud aime manger et danser lors des soirées buffet organisées par Bernard Basque.
PHOTO : RADIO-CANADA / JANIQUE LEBLANC

Joël Basque, un résident dans la trentaine, est le premier à prendre le micro du karaoké pour chanter quelques pièces devant la centaine de personnes réunies au marché champêtre de Tracadie.

Ça fait longtemps que je viens ici, depuis le commencement. On dirait que ça rend joyeux d’une manière, raconte timidement le jeune barbu.

Joël Basque aime chanter au karaoké des soirées buffet organisées pour les résidents des foyers de soins spéciaux.
PHOTO : RADIO-CANADA / JANIQUE LEBLANC

On sort pas souvent, admet Angela David, qui participe à sa première soirée buffet. L’élégante dame blonde profite du karaoké pour faire une chanson de Terri Clark.

Un ancien résident au service des autres

Bernard Basque, l’organisateur de l’événement, comprend bien la valeur de ces soirées pour les résidents.

L’homme de 59 ans a passé une trentaine d’années en foyer de soins spéciaux et en psychiatrie. Victime de violentes crises d’épilepsie, il a aussi souffert de dépression.

J’avais pas les motifs après ça de vivre, à cause de la maladie que j’avais. C’était vraiment tough. Je pouvais pas sortir parmi le public, je retombais en crise épileptique.

Une citation de Bernard Basque, président du Regroupement des bénéficiaires en résidence privée de la Péninsule acadienne

En 1999, Bernard Basque subit finalement une chirurgie qui le guérit de sa maladie neurologique. À sa sortie du foyer de soins spéciaux, il crée un regroupement pour soutenir les résidents.

L’homme au regard tendre déplore qu’on juge ces personnes à cause de leur maladie. Faudrait les traiter comme tous les autres parce que c’est des gens comme tout le monde, c’est des humains comme tout le monde, clame-t-il.

Bernard Basque, le militant politique

En plus d’organiser les buffets, des voyages et des camps d’été pour les résidents, Bernard Basque milite aussi pour que le gouvernement augmente leur allocation. Ils reçoivent 135 $ par mois depuis 2005. La dernière augmentation est survenue après de multiples pressions et une manifestation de résidents à Fredericton, organisée par Bernard et son regroupement.

À 135 $ que le gouvernement se rouvre les yeux, c’est pas vivable, déplore le cinquantenaire qui talonne régulièrement le gouvernement à ce sujet. À force de les tanner puis les tanner, il va dire : « oh il est tannant le monsieur Basque, on va lui donner », dit le bénévole avec un sourire taquin.

Un appui de la communauté

Bernard, c’est un rassembleur, c’est un gars en qui tu peux avoir confiance, affirme André Morais. Le Comité communautaire du nord-est de UNI qu’il préside contribue au financement des activités du regroupement depuis 10 ans.

Bernard, c’est le gars qui attire le monde. C’est pas pour rien qu’il y a du monde ici ce soir, dit cet ancien directeur d’école impliqué dans la communauté..

Angela David participe à sa première soirée buffet et s’est liée d’amitié avec Monique Leclair.
PHOTO : RADIO-CANADA / JANIQUE LEBLANC

Les bienfaits du travail de M.Basque se lisent sur les visages souriants des résidents tous assis à la même table.

Ça fait du bien, ça relaxe, ça fait changer le moral de place pi on voit beaucoup de monde, s’exclame Monique Leclair.

Bernard, je lui dis mille fois merci pour tout ce qu’il fait pour nous autres parce qu’il a toujours une pensée pour nous autres, précise Gaétane Haché.

Bernard Basque est motivé par la joie que ces activités procurent aux résidents.

Ça me touche vraiment parce que j’ai passé dans plusieurs foyers, je sais ce que c’est. Ma récompense, c’est voir comment ça agit parmi le monde qui sont après s’enjoyer puis avoir du fun, ça leur fait des sorties au moins, précise-t-il avec compassion.

De l’amour dans l’air

Réginald Duguay et Gaétane Haché sont tombés amoureux après leur rencontre lors d’un souper organisé par Bernard Basque.
PHOTO : RADIO-CANADA / JANIQUE LEBLANC

Assis tout près l’un de l’autre, Réginald Duguay et Gaétane Haché sont complices. On a du fun, on rit pis on a des amis ici pis c’est là qu’on s’est connus là s’exclame Réginald, les yeux brillants.

Gaétane confirme qu’elle a rencontré Réginald lors d’une soirée organisée par Bernard. Oui, oui je suis juste fière parce que j’ai pogné un bon homme, dit-elle avec reconnaissance.

Les deux amoureux vivent maintenant dans le même foyer et viennent de se fiancer.

Cliquez-ici pour consulter le contenu original