Aller au contenu

En images : le Festival du Voyageur sous toutes ses clôtures |RADIO-CANADA|

RADIO-CANADA – Gavin Boutroy, publié le 19 février 2024

Avec le démantèlement des palissades du Fort Gibraltar cette année, le parc du Voyageur a une apparence décidément différente. Cela n’a pas empêché qu’il y ait une forte affluence au Festival du Voyageur en cette Journée Louis Riel, avec un temps particulièrement clément.

Sans palissade, les bâtiments à l’intérieur du Fort Gibraltar sont plus visibles. Les tours maintiennent l’apparence de fort d’époque du lieu.
PHOTO : RADIO-CANADA / GAVIN BOUTROY

Le fort, reproduction d’un fort de l’époque de la traite des fourrures, était anciennement entouré d’une palissade de 5,50 mètres. Aujourd’hui, elle a été remplacée par une clôture qui fait un peu moins de la moitié de cette hauteur, après l’effondrement d’une passerelle, en 2023.

L’effondrement de la passerelle du Fort Gibraltar le 31 mai, a blessé 17 enfants et 1 adulte. Les enfants de cinquième année de l’école privée St-John’s-Ravenscourt étaient alors en visite scolaire sur place.

Les familles de deux des enfants ont poursuivi en justice la Ville de Winnipeg et le Festival du Voyageur. Ces derniers nient être responsables des blessures.

Une inspection effectuée dans les heures suivant l’incident et obtenue dans une demande d’accès à l’information indique qu’il semble qu’une poutre de soutien était pourrie et qu’elle a cédé, ce qui a mené à l’effondrement de deux sections de la passerelle située à l’extrémité nord du fort.

Une autre inspection a été effectuée le lendemain pour examiner de plus près les poutres, les colonnes et la palissade, selon les documents. Cette deuxième inspection a donné lieu à la découverte des preuves de dommages d’insectes (possiblement des fourmis charpentières) et de pourrissement général de bois à plusieurs endroits.

Finalement, le Festival du Voyageur a annoncé que l’entièreté des palissades et de la passerelle serait démolie. Après le festival 2024, au printemps, l’organisme consultera la communauté pour conceptualiser un nouveau fort.


Cette clôture remplace temporairement l’ancienne palissade du mur nord du fort, qui a été démolie après l’effondrement d’une passerelle l’été dernier.
PHOTO : RADIO-CANADA / GAVIN BOUTROY

Sur une des clôtures du fort, l’autorisation de la Ville permettant au Festival de remplacer la palissade de 5,50 mètres par une clôture de 2,40 mètres.
PHOTO : RADIO-CANADA / GAVIN BOUTROY

Une vue du Fort Gibraltar depuis la colline, où se trouvaient auparavant les glissades. Tout comme la palissade, elles ont été enlevées.
PHOTO : RADIO-CANADA / GAVIN BOUTROY

Cette tour, qui faisait auparavant le bonheur d’enfants s’imaginant dans une escarmouche de l’époque de la traite des fourrures, est maintenant fermée au public. Elle permettait d’accéder à la passerelle qui s’est effondrée.
PHOTO : RADIO-CANADA / GAVIN BOUTROY

S’il n’y a pas beaucoup de neige pendant le plus grand festival hivernal de l’Ouest canadien cette année, il y en avait suffisamment pour les jeux du Voyageur, dont le hockey-bottine. PHOTO : RADIO-CANADA / GAVIN BOUTROY

La surface de hockey bottine était toujours pleine de joueurs de toutes les générations.
PHOTO : RADIO-CANADA / GAVIN BOUTROY

Avec le temps clément, il y avait foule au Festival du Voyageur en ce jour férié.
PHOTO : RADIO-CANADA / GAVIN BOUTROY

Faute de neige, cette année, certaines sculptures ont été réalisées avec d’autres matières, dont du foin et des branches de sapin. PHOTO : RADIO-CANADA / GAVIN BOUTROY

En raison du manque de neige, certains ont aussi tenté de faire des anges dans la paille, avec un succès relatif. PHOTO : RADIO-CANADA / GAVIN BOUTROY

Un petit garçon subjugué après avoir découvert la tire d’érable pour la première fois.
PHOTO : RADIO-CANADA / GAVIN BOUTROY

Barney Morin embrasse la présidente de l’Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba, Paulette Duguay, après la procession de drapeaux métis au Fort Gibraltar.
PHOTO : RADIO-CANADA / THIBAULT JOURDAN

Cliquez-ici pour consulter le contenu original