Aller au contenu

La Colombie-Britannique se dote d’une politique de services en Français |FRANCITÉ|

FRANCITÉ – Mehdi Jaouhari, publié le 8 janvier 2023

La Colombie-Britannique se dote enfin d’une politique de services en Français qui entrera en vigueur à partir du 1er avril 2024.

Le drapeau francophone de la Colombie-Britannique (à droite) flottant devant l’édifice de l’Assemblée législative de la province à Victoria – Gracieuseté

« Un pas engageant ». C’est en ces termes que la FFCB, l’organisme porte-parole des francophones de la Colombie-Britannique, a qualifié l’annonce de l’adoption d’une politique de services en Français par le gouvernement provincial, le vendredi 5 janvier.

Une nouvelle très attendue par les Franco-Colombiens puisque leur province était jusque-là la seule à n’avoir aucune politique ou loi concernant les langues officielles.

Adoptée suite à un processus interne couplé à une consultation des représentants de la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique (FFCB), la politique entrera en vigueur le 1er avril 2024 et sera régulièrement réévaluée.

Une portée modeste à renforcer dans le futur

« C’est sûr qu’à la lecture du document, on trouve que la portée reste modeste, c’est sûr qu’on aurait aimé un engagement plus fort avec des mesures plus contraignantes. Mais nous restons convaincus que c’est un premier pas engageant, qui nous emmène sur une route que nous sommes prêts à prendre ensemble », a réagi Marie-Nicole Dubois, présidente par intérim de la FFCB dans un communiqué de l’organisme.

« Nous sommes rassurés de voir qu’il y a des balises avec des échéances régulières, pour mesurer l’impact de cette politique et aller vers des engagements de plus en plus importants avec le temps », a-t-elle poursuivi.

En définitive, la FFCB estime que « la nouvelle politique des services en français devrait apporter du changement et une amélioration à la communauté francophone de la Colombie-Britannique, tant à l’échelle des organismes que sur le plan individuel ».

Pour ce faire, l’organisme provincial qui rassemble 45 organismes provinciaux attend la sortie du plan de mise en œuvre annoncé dans le communiqué de la province pour mesurer son impact.

Selon les données les plus récents de la province, plus de 328 000 personnes de la Colombie-Britannique, soit 6,6 % de la population de la province, peuvent tenir une conversation en français. Ce qui fait de la Colombie‑Britannique la troisième province comptant le plus de personnes qui parlent français, après le Québec et l’Ontario.

Par ailleurs, plus de 76 000 personnes, soit 1,5 % de la population de la province, parlent régulièrement français à la maison.

Fait encourageant à noter : les inscriptions au cours d’immersion française ont augmenté de 7 % et les inscriptions au Conseil scolaire francophone ont augmenté de 23,6 % au cours des 10 dernières années.