Aller au contenu

La Société historique de Saint-Boniface souligne les 100 ans de Georges Forest |RADIO-CANADA|

RADIO-CANADA – Simon Deschamps, publié le 20 février 2024

À l’occasion des 100 ans de la naissance de Georges Forest, la Société historique de Saint-Boniface retrace son héritage pour la francophonie manitobaine dans une exposition lancée récemment au Centre du patrimoine.

Georges Forest, décédé en 1990, aurait eu 100 ans cette année.
PHOTO : RADIO-CANADA

Ça tombait bien que tout soit fini à temps pour le Festival du Voyageur. On a été capable de lancer en ligne notre exposition et aussi ici, au Centre du patrimoine, souligne la directrice générale de la Société historique de Saint-Boniface, Janet La France.

Mme La France souligne le rôle important de Georges Forest pour le Festival du Voyageur. Il a lancé l’idée de ce festival en 1969 et deviendra, avec sa femme, le premier couple de Voyageurs officiels en 1970.

Janet La France est la directrice générale de la Société historique de Saint-Boniface
PHOTO : RADIO-CANADA

M. Forest est aussi surtout connu comme un des plus grands défenseurs du fait français au Manitoba. Janet La France soutient qu’il militait pour un monde meilleur.

On oublie souvent que c’était un homme métis qui venait de Saint-Norbert, souligne-t-elle. Le climat mondial où on doit lutter pour les droits de la personne, ça devient un sujet de plus en plus important. On pensait à George Forest comme quelqu’un de chez nous qui a fait ce travail-là et qui a donné l’exemple dans la communauté.

Annie Langlois a été embauchée dans le cadre du projet pour traiter des documents dans le fonds d’archives Georges et Anita Forest et a commissionné l’exposition.
PHOTO : RADIO-CANADA / LINDSAY GUEÏ

La Société historique de Saint-Boniface a conçu l’exposition. Elle a reçu du financement provincial et fédéral afin de réaliser le projet et il a fallu plusieurs mois de travail à Annie Langlois, la commissaire de cette exposition, pour passer à travers 37 boîtes d’archives personnelles de Georges Forest.

Il se bat contre toutes les injustices qu’il voit, témoigne-t-elle. Il avait une énergie folle, cet homme!

Georges Forest a contesté une contravention écrite uniquement en anglais. Sa cause s’est retrouvée devant la Cour suprême du Canada, qui lui a donné raison en 1979 et a reconnu les droits linguistiques des francophones manitobains.

C’est la personne qui a réussi, depuis 1890, à retourner le Manitoba aux deux langues, anglaise et française. Ça a été très important, affirme Alain Hogue, qui était son avocat.

Alain Hogue a été l’avocat de Georges Forest
PHOTO : RADIO-CANADA / LINDSAY GUEÏ

Il se réjouit de voir une exposition à son sujet au Centre du patrimoine. C’est important de reconnaître la personne aussi, témoigne-t-il.

L’exposition sera affichée aux murs du Salon Empire du Centre du patrimoine pour les deux prochaines années. Une version amovible a aussi été créée pour être partagée dans les écoles, ajoute Janet La France.

Georges Forest, en quelques dates

  • Georges Forest est né le 14 mai 1924 à La Salle, au Manitoba, et a grandi sur la ferme de ses parents.
  • En 1948, il fonde une agence d’assurances dont il sera président et directeur général jusqu’à son décès.
  • En novembre 1959 il commence à mener la lutte contre l’intégration de Saint-Boniface à la Ville de Winnipeg.
  • En 1975, il commence sa bataille juridique pour contester une contravention écrite uniquement en anglais.
  • Son décès est survenu le 14 février 1990, durant un dîner du Festival du Voyageur.

Avec des informations de Lindsay Gueï