Aller au contenu

Les Franco-Nunavois célèbrent le 25e anniversaire du Nunavut |FRANCITÉ|

FRANCITÉ – Mehdi Jaouhari, publié le 2 avril 2024

Minorité vibrante au sein d’une société inuite, la communauté francophone du Nunavut célèbre le 25e anniversaire de leur territoire au sein de la confédération canadienne.

Siège de l’Association des francophones du Nunavut à Iqualuit – Gracieuseté

« Le Nunavut est un territoire qui a su affirmer sa voix et sa place au sein du Canada. En tant que franco-nunaviummiut, nous sommes fiers de contribuer à l’épanouissement de notre territoire et à la promotion et vitalité de notre identité culturelle au sein de notre communauté.».

C’est en ces termes que le président de l’Association des francophones du Nunavut (AFN) a souligné, ce lundi 1er avril 2024, le 25e anniversaire du Nunavut au sein de la Confédération canadienne.

Un quart de siècle auparavant, jour pour jour, le Nunavut était le dernier territoire à rejoindre dans le Canada. Un anniversaire qui revêt une importance politique et communautaire, d’après le président de l’AFN

Le Francais, une langue vivante au Nunavut

Contrairement aux autres provinces et territoires anglophones en dehors du Québec, le Nunavut est un territoire à majorité Inuite. L’anglais et la culture anglophone y est minoritaire tout comme le français et la francophonie.

« Le Nunavut se construit donc en se basant sur les principes directeurs de l’Inuit Qaujimajatuqangit, incluant ainsi le savoir traditionnel inuit dans les pratiques quotidiennes et de la vie moderne. Entre autres au cœur de ces valeurs se trouvent : travailler ensemble dans un but commun; respecter l’autre, entretenir des relations avec autrui et faire montre de compassion envers les autres; et promouvoir un bon état d’esprit en étant ouvert, accueillant et inclusif. », lit-on un dans un communiqué trilingue de l’AFN.

Signalisation trilingue en anglais, en francais et en Inuktitut – Gracieuseté

Selon les données du dernier recensement de Statistique Canada de 2021, la population capable de soutenir une conversation en francais dépasse 1400 personnes, soit 3,8 % de la population du territoire. La minorité anglophone représente quant à elle 33,02%.

Bien qu’elle soit minuscule en chiffres, la minorité francophone du Nunavut est vibrante. Elle est dotée d’une commission scolaire, d’un journal, d’une radio, d’un centre de formation pour adultes ainsi que de nombreux organismes et services francophones dans plusieurs secteurs.

Notons, enfin, que la présence des francophones au Nunavut remonte au début du 19e siècle à travers des pêcheurs de baleine et des missionnaires oblats, selon un article de l’historien Serge Dupuis paru sur l’Encyclopédie canadienne.