Aller au contenu

L’immigration comme bouée de sauvetage pour des écoles rurales du Nord-Ouest auNouveau-Brunswick |RADIO-CANADA|

RADIO-CANADA – Mathilde Pineault, publié le 1er février 2024

Plus de 275 nouveaux arrivants se sont inscrits dans une des écoles du District scolaire francophone Nord-Ouest depuis le début de l’année scolaire. C’est à l’École communautaire Ernest-Lang dans la ville de Haut-Madawaska qu’ils sont le plus nombreux. Ils représentent près de 30 % de la population étudiante.

À l’École communautaire Ernest-Lang, les élèves et les enseignants disent apprendre les uns des autres depuis cette vague d’immigration.
PHOTO : RADIO-CANADA

Pourtant, il y a quelques années, le district avait commandé une étude de viabilité pour cette école.

On l’avait gardé ouverte à cause de l’engagement des partenaires de la région […]. Mais maintenant, avec la hausse des inscriptions, ça donne un vent de soulagement, raconte le directeur général du DSFNO, Luc Caron, qui souligne que contrairement au sud de la province, il n’y a pas d’école qui déborde dans le Nord-Ouest.

Pour le directeur de l’école, Alain Ouellet, ces nouveaux arrivants, souvent francophones, contribuent à la viabilité et à la vitalité de l’établissement.

Selon lui, les entreprises de la région ont la vision d’aller chercher des familles [de] l’immigration francophone, ce qui facilite notre travail à l’école au niveau des intervenants, au niveau de l’enseignement des élèves.

Une école accueillante

À l’École communautaire Ernest-Lang, qui accueille des élèves de la maternelle à la huitième année, on tente d’offrir une multitude d’activités pour aider les nouveaux arrivants à s’intégrer.

Nouveaux arrivants DSFNO école communautaire Ernest Lang Alain Ouellet, directeur Ysabel Cyr, enseignante
PHOTO : RADIO-CANADA / MATHILDE PINEAULT

On fait des journées thématiques au niveau de l’habillement. Puis on permet aux élèves de partager le vêtement de leur pays, c’est super beau, explique le directeur de l’école, Alain Ouellet.

Le patin est aussi une activité populaire sur l’heure du dîner afin que les nouveaux arrivants se familiarisent avec la température hivernale et les loisirs qui vont avec.

Il se réjouit aussi des échanges culturels vécus par les élèves d’ici et d’ailleurs.

Dans les salles de classe comme celle d’Ysabel Cyr, on discute des différentes cultures afin d’en apprendre davantage.

Ysabel Cyr, enseignante de troisième et quatrième année.
PHOTO : RADIO-CANADA / MATHILDE PINEAULT

Les enfants apprennent de l’un et de l’autre, moi j’apprends d’eux autres aussi. C’est vraiment beau de les voir, ils discutent de sujets que je pense que moi j’aurais jamais apporté en classe. Donc c’est super enrichissant pour tous les élèves et pour moi aussi, affirme l’enseignante de troisième et quatrième années.

Une période d’adaptation

Les activités offertes par l’école aident les nouveaux arrivants à s’intégrer, mais il reste que certaines choses venant de la culture canadienne sont surprenantes, selon des élèves de la huitième année.

Nyavo Andriampilazasoa est arrivée de Madagascar l’année dernière.
PHOTO : RADIO-CANADA

Il y a des choses que j’ai apprises ici. Des choses qui font, leurs traditions et la langue aussi. Ça été un peu difficile au début de comprendre parce qu’ils avaient leur accent et moi j’avais le mien. Mais je me suis vite adaptée, explique Nyavo Andriampilazasoa, originaire de Madagascar.

Quant aux Togolaises Keycia Satchivi et Abigaïl Mouzou Essosolim, elles ont été surprises par la nourriture.

Abigaïl Mouzou Essosolim affirme que les Canadiens lui ont donné un bel accueil lors de son arrivée dans la région.
PHOTO : RADIO-CANADA

Les ployes j’ai jamais vu ça, j’ai jamais goûté. Je me demandais si c’était juste de la farine avec du beurre et de l’eau qu’on faisait ça. Après j’ai découvert et j’ai dit que « wow » et j’ai commencé à aimer, affirme Abigaïl Mouzou Essosolim.

Le défi du recrutement

S’il n’y a pas de problèmes au niveau de l’espace pour accueillir les nouveaux élèves, le manque d’enseignants est une préoccupation pour le district.

Nos listes sont pas mal à sec, indique Luc Caron.

Le DSFNO estime que 200 enseignants partiront à la retraite d’ici 10 ans. C’est la moitié du personnel enseignant du district.

M. Caron dit mettre les bouchées doubles pour le recrutement, mais souhaite obtenir du soutien de Fredericton, notamment en ce qui concerne le recrutement international.

Avec des informations de l’émission La matinale

Cliquez-ici pour consulter le contenu original