Aller au contenu

L’Ontario français demande « sa juste part » dans le prochain budget fédéral |FRANCITÉ|

FRANCITÉ – Mehdi Jaouhari, publié le 21 février 2024

À l’occasion des consultations entourant le prochain budget fédéral, l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) demande à Ottawa un meilleur financement des secteurs communautaire et postsecondaire franco-ontariens.

Pexels.com

Face à ce qu’elle considère comme un sous-financement chronique, l’AFO veut qu’Ottawa remette les pendules à l’heure. En clair, l’organisme provincial a demandé au fédéral d’augmenter l’appui financier pour les organismes franco-ontariens et de s’attaquer au sous-financement chronique venant du fédéral en Ontario.

« Le gouvernement fédéral doit mettre fin à cette iniquité du financement communautaire en Ontario. Au cours des cinq dernières années, la part de l’Ontario a reculé. Malgré que le gouvernement fédéral a augmenté le financement de base des organismes en 2018. Ce sous-financement a des conséquences importantes pour l’ensemble de nos membres, dont les ACFOs, les centres culturels et les organismes des groupes racialisés de langue française », explique le président de l’AFO, Fabien Hébert.

De plus, l’AFO a également rappelé au gouvernement des attentes concernant le Fonds complémentaire en éducation postsecondaire en langue minoritaire.

En effet, le gouvernement fédéral avait promis aux électeurs de pérenniser et bonifier ce Fonds à 80 M $ par année.

« Nous espérons bien que ce Fonds verra le jour dans les plus brefs délais, pour appuyer nos institutions qui offrent une éducation cruciale aux demandes actuelles de la main d’œuvre francophone et bilingue », poursuit le président de l’AFO.

Notons, par ailleurs, que l’AFO a profité de ses consultations pré budgétaires avec Ottawa pour réitérer ses doléances concernant l’Université de Sudbury et le Mouvement d’implication francophone d’Orléans.

Les recommandations peuvent être consultées en détail à la fin du communiqué de l’AFO.