Aller au contenu

Pénurie de personnel : des bourses pour former plus d’enseignants francophones en Ontario |RADIO-CANADA|

RADIO-CANADA – Grégory Wilson, publié le 16 janvier 2024

L’Association des conseils scolaires des écoles publiques de l’Ontario (ACEPO), l’Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques (AFOCSC) et l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) annoncent le lancement d’un programme de bourses en enseignement afin de réduire la pénurie d’enseignants francophones dans la province.

Trois associations d’éducation en français de l’Ontario lancent un programme de bourses en enseignement dans le but de réduire la pénurie de personnel dans les écoles françaises.
PHOTO : RADIO-CANADA / LAURIE TRUDEL

Le programme est financé par un investissement de 1,2 million de dollars du ministère du Patrimoine canadien. Les 40 personnes choisies pourraient recevoir jusqu’à 30 000 $ pour couvrir les frais de formation universitaire et d’autres dépenses.

C’est certain que cette initiative constitue un pas dans la bonne direction pour contrer cette pénurie criante d’enseignantes et d’enseignants qualifiés qui affecte notre système scolaire depuis bon nombre d’années, déclare la présidente de l’AEFO, Anne Vinet-Roy.

Nos écoles, nos communautés, dépendent en grande partie de l’éducation qui est dispensée aux jeunes francophones de la province.

Une citation de Anne Vinet-Roy, présidente de l’AEFO

Les intéressés ont jusqu’au 29 février pour soumettre une demande par l’entremise du site boursesenenseignement.ca.

Le site souligne que les candidats doivent travailler ou avoir déjà travaillé sous lettre de permission dans un conseil scolaire de langue française en Ontario. Ils doivent également poursuivre ou souhaitent poursuivre un programme de formation à l’enseignement en français dans la province.

Une pénurie d’enseignants

La directrice générale de l’ACEPO, Isabelle Girard, affirme que la pénurie des enseignants en Ontario persiste depuis 2016 et requiert une intervention immédiate.

On se doit d’agir rapidement, car malheureusement, la pénurie continue de s’accentuer, se désole-t-elle.

Mme Girard soutient qu’un des symptômes de la crise est le nombre élevé de permissions intérimaires accordées.

Ces permissions sont seulement accordées par le gouvernement de l’Ontario si le conseil scolaire a été incapable de trouver un candidat qualifié après un affichage public et un processus d’embauche.

Ces lettres-là sont passées de 86 en 2012-2013 à plus de 650 en 2022-2023.

Une citation de Isabelle Girard, directrice générale de l’ACEPO

Un constat qui préoccupe également Robert Demers, vice-président de l’AFOCSC. Il souhaite donc que ce nouveau programme s’attaque notamment à cette hausse constante du nombre de personnes travaillant sous permission intérimaire dans les écoles françaises.

Nous sommes convaincus que cette première initiative sera un bon départ pour réduire le nombre de lettres de permission et la quantité de personnel non qualifié, affirme-t-il.

Pour le secrétaire parlementaire du ministre des Langues officielles, Marc Serré, ce programme servira entre autres à promouvoir le français en Ontario en garantissant notamment que les enseignants soient à la hauteur des attentes.

Cliquez-ici pour consulter le contenu original