Aller au contenu

Symbole de la résistance acadienne, la « belle cloche » de Rollo Bay a 300 ans à l’Î.-P.-É. |RADIO-CANADA|

RADIO-CANADA – Gabrielle Drumond, publié le 10 janvier 2024

La région de Rollo Bay, dans l’est de l’Île-du-Prince-Édouard, célèbre cette année les 300 ans d’une cloche symbolisant la résistance acadienne.

Selon Tina Peters-White, directrice par intérim du Comité acadien de l’Est, la cloche de 300 ans a été transférée à l’école La-Belle-Cloche pour les festivités de fin d’année. Elle devrait bientôt être retournée à l’église de Saint-Mary’s.
PHOTO : RADIO-CANADA / GABRIELLE DRUMOND

Surnommé la belle cloche, l’artefact est revendiqué par les Acadiens et par les paroissiens comme objet du patrimoine culturel et historique.

La cloche représente les Acadiens qui ont perdu leur langue dans les années passées. Ça représente leur famille, les Chaisson, les Daigle, ces gens qui ont perdu leur langue, mais qui sont toujours dans la région.

Une citation de Tina Peters-White, directrice par intérim du Comité acadien de l’Est
La cloche avait été placée à l’église de Saint-Alexis, à Rollo Bay, qui est située devant l’école La-Belle-Cloche. En 2015, l’église a fermé ses portes.
PHOTO : RADIO-CANADA

Membre de la communauté et directrice par intérim du Comité acadien de l’Est (CAFE), Tina Peters-White souligne que l’anniversaire de la cloche représente une occasion de faire connaître l’histoire des Acadiens aux membres de la communauté.

C’est un processus d’éducation pour les paroissiens, pour les plus jeunes et même les générations plus vieilles, car ce n’est pas tout le monde qui connaît l’histoire de la cloche, ajoute-t-elle.

Un récit acadien

La cloche en bronze aurait été fabriquée en Belgique en 1723 pour être installée, un an plus tard, dans une église du village de Havre-Saint-Pierre, ou en anglais, Saint-Peters Harbour à l’île, selon l’historien Georges Arsenault.

Durant la Déportation, entreprise en 1755, les Acadiens ont enterré la cloche afin d’empêcher sa destruction par les Anglais.

Les Acadiens savaient que les Anglais s’en venaient et ils avaient peur de perdre la cloche. Ils la considéraient comme quelque chose de précieux qu’ils voulaient garder.

Une citation de Judy Chaisson, membre de la paroisse de Saint-Mary’s
Judy Chaisson était membre de l’ancienne paroisse de Saint-Alexis de Rollo Bay qui a été incorporée à la paroisse de Saint-Mary’s de Souris en 2015. Elle travaillait au sein du CAFE lorsque les paroissiens ont voté pour que l’église la conserve.
PHOTO : RADIO-CANADA / GABRIELLE DRUMOND

Auteure d’un livre pour enfants sur l’histoire de la cloche et membre de la paroisse de Saint-Mary’s, Judy Chaisson, rappelle que l’artefact a été retrouvé par hasard à Morell, une municipalité voisine.

En 1870, la cloche a été retrouvée par un fermier qui l’a frappée avec sa charrue, et elle est devenue notre trésor. Nous, membres de la paroisse, nous nous sommes dit que la cloche appartenait à nos ancêtres, et nous aimerions avoir cela dans notre église, explique-t-elle.

La cloche a été donnée à l’église catholique de Morell qui l’a échangée pour une neuve à la paroisse de Saint-Alexis, à Rollo Bay.

À l’époque, la grande majorité des paroissiens de Saint-Alexis était d’origine acadienne.

Pour Judy Chaisson, la cloche est le plus important artefact retrouvé dans l’histoire de l’Acadie de l’île.

On n’a rien trouvé d’autre. Cela représente la foi des gens et leur lutte. […] La cloche a été mise de côté pour être oubliée, mais elle est revenue et pour moi, c’est incroyable, ajoute-t-elle.

La cloche est actuellement à l’église Saint-Mary’s, à Souris.
PHOTO : RADIO-CANADA

À qui appartient la cloche?

Lorsque l’église de Saint-Alexis a fermé ses portes en 2015, la communauté acadienne et francophone a tenté de rapatrier la cloche au sein du centre scolaire communautaire de la région, mais sans succès.

En 2017, la communauté a voté en majorité pour que la cloche soit placée au cimetière de l’église Saint-Alexis.

Quelques années plus tard, la cloche a été transférée à l’église de Saint-Mary’s, à Souris.

Depuis, la paroisse et la communauté acadienne et francophone sont parvenues à un compromis.

La cloche demeure pendant l’année à l’église de Saint Mary’s, mais elle est installée au centre scolaire communautaire pour des célébrations des fins d’année et des collations de grade.

C’est leur cloche, mais c’est aussi une cloche acadienne. Cela appartient aux Acadiens. Mais je suis vraiment contente qu’ils puissent partager la cloche avec nous, indique Tina Peters-White.

Les paroissiens reconnaissent, de leur côté, la valeur de l’artefact tant pour l’Église que pour les Acadiens.

La cloche a été le témoin de cérémonies, d’enterrements, de naissances, de baptêmes, de mariages et de messes. […] Elle a sonné longtemps ici et, pour les occasions spéciales, nous la faisons sonner ici, à l’école, ajoute Judy Chaisson.

Les célébrations des 300 ans de la belle cloche auront lieu au cours de l’année.

Cliquez-ici pour consulter le contenu original