Aller au contenu

Toute la communauté de Petit-Rocher, N.-B derrière son étoile, la danseuse Gabrielle Boudreau |RADIO-CANADA|

RADIO-CANADA – Publié le 30 novembre 2023

La danseuse acadienne Gabrielle Boudreau est en finale de l’émission de télévision Révolution. Avant la dernière retransmission, toute la communauté de Petit-Rocher, d’où elle est originaire, se mobilise pour lui apporter son soutien.

La danseuse néo-brunswickoise Gabrielle Boudreau lors de son numéro présenté en demi-finale de l’émission «Révolution» le 26 novembre.
PHOTO : THIERRY DU BOIS, PHOTOGRAPHE

Gabrielle Boudreau se dit touchée par les marques de reconnaissance et de soutien qui proviennent de sa communauté.

J’ai toujours la larme à l’œil quand je vois les messages, confie-t-elle.

La municipalité de Belle-Baie a tenu à souhaiter la meilleure des chances à Gabrielle Boudreau sur l’affiche à l’entrée du village de Petit-Rocher.
PHOTO : RADIO-CANADA / MARIO MERCIER

Sa mère, Tania Boudreau, est heureuse de voir sa fille vivre cette formidable expérience à l’émission de téléréalité de TVA.

C’est spécial. Ma fille vit un peu mon rêve de danseuse. C’est le plus beau cadeau en tant que mère et directrice artistique. Ça fait vivre plein d’émotions.

Une citation de Tania Boudreau, mère de Gabrielle

Elle a donné à sa fille le virus de la danse dès son plus jeune âge, ajoute Tania Boudreau, qui n’a pas manqué une seule émission.

Tania Boudreau, la mère de Gabrielle, est également directrice artistique à l’école de danse BoGeste de Petit-Rocher.
PHOTO : RADIO-CANADA / MARIO MERCIER

Elle danse depuis qu’elle est toute petite. C’était son jeu préféré. On voyait déjà son amour sur scène et dans ses spectacles, se souvient Tania Boudreau.

Des élèves émerveillées

À l’école de danse BoGeste de Petit-Rocher, où travaille la maman de Gabrielle Boudreau et où celle-ci s’est longtemps entraînée, les élèves et le personnel sont émerveillés par la prestation de leur protégée.

J’aime la manière dont elle danse, avec ses sauts et ses pieds, raconte, admirative, la jeune danseuse Arielle Mya Vienneau.

Les élèves de l’école de danse BoGeste se sont réunis pour regarder l’émission «Révolution».
PHOTO : GRACIEUSETÉ : TANIA BOUDREAU

L’enseignante Susie Boudreau remarque l’effet de Gabrielle sur les jeunes membres du club de danse.

Gabrielle est une élève modèle pour toutes nos danseuses. Elle s’est toujours démarquée. Elle danse avec la même émotion que lorsqu’elle dansait avec nous. Tout le monde la regarde avec des étoiles dans les yeux, dit-elle.

La même Gabrielle

Karine Laplante et Nathalie Morton, qui travaillent toutes deux à l’école de danse, sont très fières de voir sur la scène de Révolution la même Gabrielle que celle qui a dansé à BoGeste.

Karine Laplante-Roy et Nathalie Morton, de l’école de danse BoGeste de Petit-Rocher.
PHOTO : RADIO-CANADA / MARIO MERCIER

Quand Gabrielle m’a annoncé qu’elle allait participer à Révolution, j’en ai eu des frissons. Et j’en ai encore aujourd’hui. Elle a le potentiel pour vivre cette grande aventure. C’est une artiste qui invente et qui réfléchit. Je ne m’attendais pas à moins d’elle, note Karine.

Toutes ses danses, ce sont des histoires, a indiqué Nathalie. C’est théâtral et émouvant. Je suis contente que les gens du Nouveau-Brunswick et du Québec voient la même Gabrielle que nous avons toujours connue.

Pour le numéro qui lui a valu sa place en finale, Gabrielle Boudreau est allée puiser dans des souvenirs douloureux. Elle a présenté un spectacle poignant et oppressant sur les violences à caractère sexuel.

Malheureusement, c’est quelque chose que j’ai dû vivre, a confié la jeune femme à l’animatrice de l’émission, Sarah Jeanne Labrosse, en préambule de sa chorégraphie.

Disant avoir peur des hommes, Gabrielle Boudreau a voulu créer ce numéro au nom des victimes.Début du widget . Passer le widget ?

C’est des situations qui arrivent à beaucoup de personnes et j’en fais partie, mais ce message, c’était pour représenter quelque chose de plus grand que juste ma situation à moi, a expliqué Gabrielle Boudreau en entrevue à l’émission L’heure de pointe Acadie.

Cette performance lui a valu la plus haute note de la soirée des juges de l’émission.

Je ne m’attendais pas à ça, j’étais vraiment surprise et contente du résultat, dit-elle.

Dimanche soir, les élèves de l’école BoGeste, le personnel et toute la communauté seront derrière elle pour l’encourager. Ils sont invités à regarder tous ensemble la finale de Révolution à l’École secondaire Nepisiguit de Bathurst.

Avec des informations de l’émission L’heure de pointe Acadie et de Mario Mercier

Cliquez-ici pour consulter le contenu original