Aller au contenu

Une anthologie inédite sur le web explore l’histoire de la francophonie canadienne |FRANCITÉ|

FRANCITÉ – Mehdi Jaouhari, publié le 28 mars 2024

Fruit d’un travail de huit chercheurs franco-canadiens, l’anthologie Prise de parole explore l’histoire des communautés francophones minoritaires de 1867 à 2022 à travers une cinquantaine de documents.

Capture d’écran de quelques documents couvrant la période allant de 1968 à 1982 – www.parolefranco.ca

« Mettre les documents les plus emblématiques de l’histoire des francophonies canadiennes en situation minoritaire à la disposition d’un large public ».

Telle est la vision des initiateurs du projet d’anthologie virtuelle Prise de parole qui vise à faciliter la découverte de l’histoire des francophonies canadiennes. Celle-ci a été présentée hier mercredi lors d’une rencontre virtuelle.

Une cinquantaine de documents

Présentée sur un site web, l’anthologie virtuelle regroupe pour le moment 50 documents provenant des principaux centres d’archives sur les francophonies canadiennes. Ces documents sont classés dans quatre périodes historiques allant de 1867 à 2022.

Ces documents d’une grande valeur historique sont aussi classifiés selon 8 thématiques comme les arts et cultures, les droits scolaires ou l’histoire sociale.

« Les documents témoignent avec éloquence des nombreuses prises de parole par et pour les francophonies canadiennes en situation minoritaire. Certains d’entre eux dépeignent des francophones sur le pied de guerre, en colère et indignés; d’autres, en revanche, les présentent comme des collectivités soucieuses d’améliorer leur sort. Des documents mettent en lumière des francophonies de la solidarité, menant à bien des projets collectifs de grande ampleur », lit-on dans la présentation du projet.

Les historiens Joel Belliveau de l’Université York et Marcel Martel de l’Université d’Ottawa expliquent dans la présentation que leur travail a respecté plusieurs orientations fixés par le comité scientifique du projet.

À commencer le respect de la diversité régionale, thématique, chronologique, ethnique et de genre. Les chercheurs ont également jugé utile de prioriser des documents rédigés exclusivement par les membres des communautés ou qui pour la plupart n’ont jamais été publiés auparavant.

Par ailleurs, l’anthologie pourrait être enrichie avec d’autres documents suite aux suggestions du grand public. Ainsi, les chercheurs souhaitent que l’anthologie soit inclusive, puisque selon eux, les archivistes du passé avaient négligé de garder des documents concernant certains groupes comme les femmes, les travailleurs, les membres de la communauté 2ELGBTQI+ et ceux issus des minorités racialisées.

« Nous espérons que cette collection virtuelle s’avérera utile pour rendre vivante l’enseignement et l’apprentissage de l’histoire des communautés francophones du Canada », concluent Joel Belliveau et Marcel Martel.

Cliquez-ici pour visiter le site web de l’anthologie Prise de parole.