Aller au contenu

Après 30 ans à la tête de la Société de la francophonie manitobaine, Daniel Boucher prend sa retraite |RADIO-CANADA|

RADIO-CANADA – Simon Deschamps, publié le 26 février 2024

Le directeur général de la Société de la francophonie manitobaine (SFM), Daniel Boucher, partira à la retraite le 30 août.

Daniel Boucher est à l’emploi de la Société de la francophonie manitobaine depuis 1991.
PHOTO : RADIO-CANADA / GAVIN BOUTROY

La rumeur concernant son départ courait déjà depuis plusieurs mois, mais la Société de la francophonie manitobaine en a fait l’annonce officielle lundi matin par voie de communiqué.

Daniel Boucher est directeur général de la SFM depuis près de 30 ans. Il occupe le poste depuis 1994, auquel il a accédé à l’âge de 36 ans, mentionne la SFM dans son communiqué.

M. Boucher a toujours compris que dans l’ensemble, sa mission consistait à servir la communauté dans toute sa riche diversité, souligne la présidente du conseil d’administration de la SFM, Angela Cassie.

Il est une de ces rares et précieuses personnes qui ont vu l’évolution de la francophonie et accumulé un volume impressionnant d’expertise en matière de langues officielles et de développement communautaire, indique Alain Dupuis, directeur général de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada, dans le communiqué.

C’est une personne qui va me manquer personnellement, mais qui va aussi manquer aux autres organisations autour de la table, ajoute M. Dupuis, en entrevue lundi.

Les gens écoutaient lorsqu’il parlait parce qu’ils voyaient son expérience et sa sagesse, témoigne-t-il, qualifiant M.  Boucher de personne authentique et rassembleuse.

Une carrière d’abord comme analyste politique

Daniel Boucher a grandi en région, entre Saint-Jean-Baptiste et Sainte-Anne. Sa carrière au sein de la SFM, organisme phare de la francophonie manitobaine, a débuté en 1991 comme analyste politique.

Déjà dans les années 1980, Daniel Boucher était membre du conseil d’administration de la SFM, en même temps qu’il travaillait comme fonctionnaire pour le gouvernement du Manitoba.

En 1983, en pleine crise linguistique, M. Boucher s’est rapidement impliqué dans les démarches entreprises pour faire accepter l’entente d’amendement constitutionnel négocié entre la SFM et le gouvernement provincial ainsi que fédéral, précise l’ancien président de l’organisme, Léo Robert, dans le communiqué de presse.

À cette époque, Raymond Théberge était le directeur général de la SFM, connue alors comme la Société franco-manitobaine. Il est aujourd’hui commissaire aux langues officielles et connaît Daniel Boucher depuis plus de quarante ans.

M. Théberge se souvient de Daniel Boucher comme un bénévole extraordinaire, doté d’un excellent sens politique.

Il a su diriger l’évolution de la SFM pour qu’elle devienne une organisation beaucoup plus inclusive qui reflète beaucoup mieux l’évolution de la communauté, estime-t-il.

Pour Daniel Boucher, la crise qu’a traversée la communauté, bien qu’éprouvante, a été l’occasion pour la SFM de renforcer ses assises. On a pu bâtir des ponts très solides […] avec les communautés ethnoculturelles de la province qui ont vu là une injustice aussi, relate-t-il, en entrevue avec Radio-Canada.

Je voulais une SFM qui était à l’écoute, mais aussi qui collaborait avec les autres sur des solutions, raconte M. Boucher.

On aurait pu subir des pertes importantes si on avait baissé les bras. Personne n’a baissé les bras, se réjouit-il. Les gens ont travaillé très fort pour garder la francophonie dans leurs communautés, dans les organismes, dans les écoles, dans toutes les institutions qu’on a.

Continuer à bâtir sur les priorités de la communauté, c’est ça le défi de l’avenir.

Une citation deDaniel Boucher, directeur général de la Société de la francophonie manitobaine

Des dossiers marquants

Sous sa gouverne comme directeur général de la SFM, Daniel Boucher a notamment contribué à l’adoption à l’Assemblée législative du Manitoba à la Loi sur l’appui à l’épanouissement de la francophonie manitobaine, en 2016.

Dans le communiqué de presse, Daniel Boucher souligne trois moments qui ont marqué son mandat à la direction générale.

Il se dit fier de l’obtention de la Division scolaire franco-manitobaine en 1994, de l’élaboration du plan d’agrandissement de l’espace francophone à la SFM en 2001 et de la décision de contribuer activement à la venue d’un plus grand nombre d’immigrants francophones au Manitoba.

M. Boucher est reconnu pour l’avancée marquante réalisée par la SFM dans sa volonté de devenir une organisation pleinement inclusive pour toutes les personnes d’expression française au Manitoba, peu importe qu’elles soient nées à Saint-Pierre-Jolys, au Manitoba, ou à Bamako, au Mali, qu’elles aient été élevées dans des familles francophones ou qu’elles aient appris la langue dans une école d’immersion, souligne la SFM dans le communiqué de presse.

En 2021, Daniel Boucher a reçu le prix d’Excellence en administration du lieutenant-gouverneur, remis par la branche manitobaine de l’Institut d’administration publique du Canada.

Tout au long de sa carrière, il a fait preuve de leadership, de flexibilité, de créativité et de pragmatisme soutenus. La communauté francophone du Manitoba et, plus généralement le Manitoba, ont bénéficié de son travail et de ses vastes connaissances en administration publique, pouvait-on lire dans le communiqué qui annonçait le lauréat de ce prix en 2021.

Cliquez-ici pour consulter le contenu original